FOXY BRONX

BLONDE HAIR MONSTER (THE)

Un détenu en cavale s’associe avec un scientifique démoniaque et sa créature simiesque pour se venger du frère qui l’a fait condamner pour meurtre. Un trio de justicières, menée par la redresseuse de torts Wong Ngan, s’intéresse également à l’odieux personnage détenteur d’un bouddha volé. Lors d’une confrontation qui tourne à la bagarre générale entre toutes les parties, le fourbe frangin meurt assassiné par sa propre servante qui, déguisée en spectre, est parvenue ainsi à venger la mort de son père et le viol de sa mère, véritables propriétaires du précieux bouddha en or…

Réalisé en 1962 par le prolifique Wong Fung, autour d’un script totalement confus, le délirant The Blonde Hair Monster bénéficie de la dynamique présence d’une toute jeune Connie Chan encore au début d’une prolifique carrière à succès d’héroïne pour films d’action.

Grand guignol et excessif au possible, le métrage multiplie les apparitions déjantées de monstres, méchants grotesques et autres personnages masqués évoluant dans des dédales de décors gothiques composés de repaires souterrains, passages secrets et autres grottes mystérieuses. Pour toutes les joyeuses inepties précédemment évoquées, ce must inénarrable du cinéma fantastique de Hong Kong, conçu comme un sérial sous acid, est largement digne de concourir dans la catégorie des films les plus déjantés du cinéma asiatique de ce début des années 60.

THE BLONDE HAIR MONSTER

THE BLONDE HAIR MONSTER

THE BLONDE HAIR MONSTER